Accueil > La communauté de communes > Les 30 communes > Monpardiac


Monpardiac et sa carte de visite

Monpardiac est l’une des plus petites communes rurales du Gers. Elle compte 46 habitants.

Ce petit village a une superficie de 3.5Km² et une titleitude de 284m.

Deux plans d’eau agrémentent le village : le lac du Cassagnou, route de Tillac et la retenue du Cabournieu, route de Troncens. Ses communes voisines sont Aux Aussat, Troncens, Monlezun et Tillac.

L’agriculture est la principale ressource de la commune, même si elle ne compte plus aucun agriculteur.

Sept conseillers municipaux dynamisent ce petit village : Serge NOILHAN (Maire), Maryse GARCIA (1er  adjoint) Sylviane MC RORIE (2èm adjoint), Gérard BRETHES, Chantal WOLFER, Lucette NOILHAN,

René LAMOTHE (doyen de la commune).

Horaires ouverture de la mairie : vendredi de 8h00 à 11h00   tel : 0562700048

Email : commune-monpardiac@orange.fr

Patrimoine et curiosités

En traversant ce village de campagne vous pourrez visiter la petite église avec son monument aux morts. On peut également apercevoir au bout d’une allée de cailloux blancs, les ruines du château du box de Peyran. Les anciennes écuries ont été transformées en gites spacieux pour permettre le confort des vacanciers.

Le village offre également une vue exceptionnelle sur toute la chaine des Pyrénées.

Les plus courageux pourront pratiquer la marche ou le VTT autour des deux lacs ou sur les sentiers sinueux qui traversent les magnifiques forêts de chênes, châtaigniers, acacia et autres. Une htitlee pour se déstitleérer s’impose sur l’aire de pique-nique du lac du Cabournieu.

Quand vous traverserez Monpardiac, que vous empruntiez la route départementale n°564 qui relie Tillac et Troncens, ou le chemin des crêtes de Monlezun à Aux Aussat, prenez le temps d’admirer la campagne vallonnée de cette commune si vite traversée.

Une étrange disparition

En 1958, un maquignon de Semboues a disparu mystérieusement entre Troncens et Monpardiac. Attendu à Monpardiac à la ferme « du Mathiouet » pour assister l’expertise d’une bête qu’il avait achetée, il n’est jamais arrivé. Au bout de deux jours, la PJ toulousaine arriva sur les lieux et tout le pays fut passé au peigne fin. Toutes les mares furent vidées, les habitants interrogés. Aucune trace du disparu ne fut retrouvée, ni de son vélo. Crime certainement, mais aucun cadastre. L’énigme reste entière près d’un demi-siècle après les faits.

Imprimer la page courante
Ce site est la propriété exclusive de la communauté de communes Bastides & Vallons du Gers